Tiffany, César et les enfants perdus – Libreté 2

Deuxième compte-rendu de notre campagne playtest de Libreté, le nouveau jeu de Vivien Feasson dont le financement via Ulule vient de débuter. Je vous encourage à y participer, par copinage, sans doute un peu, mais surtout parce que le jeu en vaut vraiment la peine, cette campagne ayant largement prouvé aux joueurs qui y ont participé que le cadre autant que les règles en étaient excellentes. On retrouve donc Saint Michèle du corridor, Saint Truc et le p’tit truc au plot, toujours en expédition loin de Libreté suite à une petite éclaircie. Nos amis vont rencontrer plusieurs personnages inquiétants et horripilants alors qu’ils tentent de regagner leur abri: une piscine transformée en musée (ami qui habite Roubaix, tu SAIS!).
La partie est toujours maîtrisée par Vivien himself, avec Côme dans le rôle de Saint Truc, Eugénie dans celui du P’tit Truc au plot, Epiphanie (ich) en Saint Michèle du Corridor et, pour la première fois, Julien Pouard dans le rôle de Tiffany.

1000_lost_children_2
source: 1000 lost children

Rencontre au supermarché

Pendant que notre groupe se prépare à une nouvelle journée d’expédition, une autre bande d’enfants erre dans les rues de la grande Ville. Tiffany, une grande « princesse » de 11 ans arborant une chaussure rouge et une verte aux pieds, des collants à rayures, une jupe à volants, un tutu et des bijoux de pacotille tiare incluse, avec pour couronner le tout une baguette de fée ; et tous ceux qu’elle a rassemblés en chemin : Salia la réservée et son petit frère Rafik, et César. César qui est un enfant assez étrange, semblant avoir bénéficié d’une éducation extrêmement lacunaire – il ne se souvient même pas de ses parents – et qui ne sait jamais vraiment comment se comporter en société, comment rire ou chanter.

Lorsque les deux groupes se croisent enfin au beau milieu d’une rue, la rencontre ne se présente pas sous les meilleures auspices. Saint Michèle enjoint ses camarades à saluer poliment les petits étrangers et à continuer sans s’arrêter et il faut toute la curiosité enthousiaste de Saint Truc et les bonbons proposés par Tiffany pour que le groupe de Libreté prenne la peine de s’adresser aux enfants perdus. C’est au moment où Saint Michèle propose de continuer l’importance mission qui leur a été confiée que la pluie se remet à tomber… La mission est terminée ! Mais ils ne savent pas ce qui a provoqué l’accalmie ni ce qui y a mis un terme, à moins que la baguette de Tiffany ne soit vraiment féérique ?

Mieux vaut pour le moment se mettre à l’abri et discuter. Un restaurant d’une célèbre franchise qui se trouve à deux pas, en plein milieu d’un centre commercial désert, fait parfaitement l’affaire pour la plus grande joie des petits qui se mettent à tout tripatouiller en laissant libre cours à leur fantaisie comme demander à Tiffany, qui est plus jeune et mieux maquillée que Saint Michèle, si elle compte se marier avec le Conservateur une fois à Libreté ; cela a pour effet d’énerver tellement Saint Michèle que celle-ci donne une fessée à Saint Truc avant d’aller s’isoler en cuisines pour pleurer. Privés de leur repère moral, les gamins continuent de plus belle, jusqu’au drame inévitable : persuadé du potentiel magique de la baguette de Tiffany, Saint Truc agacé par les manières de la princesse lui arrache l’objet des mains avant de s’enfuir. La jeune fille hurle, Saint Michèle déboule et malgré le plaisir coupable qui la saisit à la vue des larmes coulant sur le mascara, se laisse convaincre de faire quelque chose (ce qui ne l’empêche pas de s’en prendre à Ralph au passage, juste pour avoir dit la mauvaise phrase au mauvais moment).

La sirènes et les paillettes

Pendant que Saint Michèle part à la poursuite de Saint Truc, Tiffany explique au P’tit Truc et à Rafik (alarmant au passage Salia) comment bien se maquiller à l’aide de tous les accessoires, une entreprise indispensable quand on est une grande fille et qu’on veut attirer les fées. Elle donne même à un P’tit Truc fasciné des paillettes magiques que l’enfant se hâte de mettre dans son plot.

De son côté, Saint Michèle a perdu Saint Truc dans le labyrinthe de la ville. Le fugitif s’est bien entendu perdu et n’a pas retrouvé le chemin de Libreté ; après deux ou trois virages de trop, il tombe sur une silhouette oh combien familière, la sirène-chien aux yeux morts. Son premier réflexe est de fermer les yeux pour la faire disparaître, mais quand il les rouvre la chose est encore plus proche, alors il tente de la chasser avec sa baguette mais celle-ci semble mal fonctionner du coup il la lâche par terre et se met à courir en appelant à l’aide. C’est au moment où il tombe au sol et offre au monstre une proie facile que Saint Michèle déboule, attirée par les cris, et se jette sur la sirène sans considération pour sa propre survie – elle parvient à chasser la chose mais non sans s’être fait labourer les côtes auparavant.

Au restaurant, le P’tit Truc au Plot commence à s’inquiéter et demande qu’on aille chercher les autres, mais le lâche Jean-Luc Tounu refuse et finit même par crier que le plot c’est qu’un objet, alors le P’tit Truc le frappe avec son « compagnon » en projetant des paillettes partout dans la pièce. Tiffany tente de calmer tout le monde, le P’tit Truc se défausse d’abord sur le plot avant de s’excuser, mais César touche alors l’objet, l’enfant hurle, le chaos se répand… et c’est dans cette ambiance apocalyptique que Saint Michèle et Saint Truc arrivent enfin, exténués par leur course.

Tout n’est cependant pas terminé car Tiffany exige la baguette qu’ils n’ont pas pu ramener. Saint Michèle tente bien d’imposer sa volonté en disant qu’il est temps de dormir pour rentrer dès le lendemain matin, mais la princesse refuse de céder et devant l’insistance de la brute se met à nouveau à pleurer. De guerre lasse, Saint Michèle accepte de repartir chercher le précieux objet, et accepte même d’embarquer le P’tit truc au Plot qui insiste pour être de l’aventure.

De la neige !

Saint Michèle partie, Tiffany et Saint Truc parlent peinture comme si leur différent était à présent derrière eux, devisant des devoirs et privilèges des princesses et de la différence entre beauté « au naturel » et beauté « au maquillage ». Comme Saint Truc sent fort le pipi depuis sa mésaventure avec la sirène, certains commencent à lui demander de prendre une douche mais il refuse, n’ayant pas de peinture à portée pour se refaire une beauté une fois lavé.

Dehors, Saint Michèle maugrée en écoutant le P’tit Truc s’extasier sur les talents de Tiffany (il faut dire qu’elle commence à s’inquiéter de la « mauvaise » influence que la nouvelle exerce sur ses petits, et de celle qu’elle pourrait plus tard avoir sur le Conservateur !) Pour la calmer, elle lui révèle alors que non la princesse n’est pas chouette et que les paillettes c’est en réalité du caca de fées.

Au restaurant, Tiffany emmène par la ruse Saint Truc jusqu’aux douches et tente de le laver, mais comme il refuse avec fougue elle lui pulvérise du désodorisant en plein visage pour atténuer l’odeur de pipi. Furieux, Saint Truc s’empare de la mallette de maquillage et vide son contenu dans les toilettes…

Saint Michèle fouille les ruelles sous une pluie battante ; le P’tit Truc a mis son plot sur la tête pour se protéger et les paillettes à l’intérieur ont commencé à couler le long de ses joues et de ses vêtements. Lorsqu’ils tombent enfin sur la baguette, la sirène est aussi, qui les attendait ; Saint Michèle croyait s’y être préparée sauf que cette fois les choses sont plusieurs et elles commencent à les encercler ! Agrippant le P’tit Truc qui n’a rien vu, la Médiévale fonce vers la première porte visible et se déboîte l’épaule en l’ouvrant avant de monter à l’étage et de se barricader dans un appartement vide.

La nuit tombe peu à peu. Dans le centre commercial, Tiffany est occupée à nettoyer la bouche de Saint Truc avec le balais à chiottes en criant « C’est pas comme ça qu’on parle aux princesses ! » d’un ton strident sous les yeux effarés du reste de la bande. Ralph, épuisé, fume des cigarettes dehors. A quelques centaines de mètre de là, le P’tit Truc s’occupe en regardant avec bonheur la neige à la télé pendant que Saint Michèle pleure de fatigue dans la cuisine…

Vers Libreté !

Le lendemain matin, Tiffany part seule au centre commercial. Tout le monde est inquiet mais Ralph refuse d’aller dehors chercher Saint Michèle et garde à peu près son calme malgré les moqueries de Saint Truc qui lui demande quelles filles il trouve jolies (« Aucune ! Les filles c’est moche ! »). Comme Jean-Luc Tounu est en train de faire un petit déjeuner copieux (en partie parce qu’on le lui a ordonné), Saint Truc finit par aller lui donner un coup de main parce qu’il voit bien que le Tounu a du mal à manier les œufs avec un bras en écharpe et que c’est un peu sa faute…

Dans l’appartement, c’est l’heure de repartir. Saint Michèle se fabrique une torche improvisée avec le rembourrage des canapés, s’assure que tout est bien prêt et avec le P’tit Truc effectue une sortie. Ils courent alors comme si leur vie en dépendait (ce qui est sans doute le cas), et parviennent à échapper aux monstres qui n’étaient pas prêts pour une telle initiative.

Ils arrivent enfin au restaurant trempés et épuisés, en même temps que Tiffany qui revient du centre commercial les bras chargés de cadeaux pour tout le monde. Saint Michèle, furieuse de voir que la princesse est sortie seule et échaudée par Saint Truc qui affirme que le Conservateur va épouser celle-ci, reprend les choses en main : petit déjeuner d’abord, départ pour Libreté ensuite, et que ça saute !

Le groupe se met enfin en route pour Libreté. Tout semble aller pour le mieux, les querelles sont mises de côté au profit de la grande marche vers la forteresse.

Même si Saint Michèle se dit que ce César est quand même étrange pour un enfant…

Débrief d’Epiphanie

Sans doute la partie la plus faible de la campagne: on introduit un nouveau joueur (qui interprète Tiffany la princesse), et l’on teste nos enfantillages au contact des autres enfants. On prend les limites du jeu et du système. C’est une partie importante puisqu’elle nous permettra ensuite de calibrer nos actions pour profiter à la fois du fait de jouer des enfants qui se chamaillent pour un rien, changent d’idée et s’énervent les uns contre les autres; mais aussi sur la manière de faire ça tout en ayant à cœur de ne pas trop empeser l’histoire, de la ralentir, voire de la bloquer par la réaction outrancière aux micro événements du quotidien.
Une partie durant laquelle on s’est vraiment bien amusés, donc, mais qui reste de mon point de vue (pas forcément partagé par les autres, on pourra consulter le ressenti d’Eugénie quant au jeu et spécifiquement cette partie) un peu poussive.

 

Commentaire de Vivien

Même si elle nous a offert bon nombre de fou-rires, je trouve également que cette partie a été la plus faible de notre chronique ; j’ai laissé tout le monde faire ce qu’il voulait sans jamais vraiment donner de direction, et j’ai craint un moment que nous ne nous retrouvions coincés sur un rythme un peu redondant de crasses / contre-crasses. Il était bien sûr nécessaire d’intégrer le nouveau personnage de Tiffany dans un groupe déjà soudé, ce qui n’était pas forcément facile pour le joueur. Je me demande cependant si ce n’était pas au fond un passage nécessaire permettant de souligner l’aspect amusant bien que parfois cruel des relations entre les personnages, avant l’accélération qui allait avoir lieu au milieu de la troisième partie. Il est bon de noter aussi que certains éléments en apparence insignifiants allaient prendre de l’importance par la suite : Ralph montrant son véritable caractère de « bon gars » un peu suiveur, le mystérieux César et son lien avec la reprise de la pluie, la rivalité entre Tiffany et Saint Michèle.

A suivre !

Publicités

3 réflexions sur “Tiffany, César et les enfants perdus – Libreté 2

  1. Ping : L’Eclaircie – Libreté 1 – La Partie du lundi

  2. Ping : Libreté | Je ne suis pas MJ mais...

  3. Ping : La colère du bonhomme rouge – Libreté 3 – La Partie du lundi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s