[Tales from the Loop – 2.1 : Le Centre]

Préambule
Changement de système de jeu. Abandon du système The Loop pour revenir au système K, hack d’Influorenza, déjà expérimenté sur Les Larmes de la Créatrice.

Personnages

Niklas
Physique 1 / Mental 3
Archétypes / Compétences
Détective 3 / Sens de la déduction 2, Trouver des cachettes 2, Savoir s’échapper 1
Mentaliste 2 / Comprendre les motivations 2, Deviner les intentions 1
Weirdo 1 / Attiré par les phénomènes étranges 2, Complicité avec les animaux 1
Objectifs
Retrouver mon frère 2
Faire profil bas au centre pour sortir au plus vite 2
Phrases d’évolution
Je veux comprendre les capacités hors-norme de la rouquine.
Je “sympathise” avec Bavard.

Alexei
Physique 2 / Mental 2
Archétypes / Compétences
Ninja 3 / Planque 2, Infiltration 2
Rebelle 2 / Bagarre 2, Prendre du recul 2, Responsable 1
Geek 1 / Bricolage 1, Robotique 1
Objectifs
Ne pas se laisser écraser par les autres au centre 2
Rejoindre les Enfants de Malaren 2
Phrases d’évolution
En fait, le centre n’est pas si dur.
On s’est fait avoir par le système.

Théâtre
Le Centre pour jeunes délinquants d’Adelsö. Situé à la pointe nord-ouest de l’île, à la périphérie du hameau de Satra, le Centre est vétuste, le rescapé d’un projet social et écolo des années 70. Faute de subventions suffisantes, les bâtiments sont mal entretenus, les effectifs sont réduits et le nombre de “pensionnaires” est inférieur à la capacité du centre. Le centre est isolé dans la forêt, accessible depuis Satra par une route forestière en mauvais état. A l’extérieur, un parking improvisé accueille le van du centre (qu’emprunte les employés matin, midi et soir pour effectuer les trajets jusqu’au Ferry de Lilla Stenby, seul point d’accès de l’île) et la Volvo haut de gamme du directeur, qui habite sur l’île. Une enceinte grise de 3 mètres de haut entoure l’espace relativement large du centre (les bâtiments ne sont pas les uns sur les autres). On y trouve le centre administratif (2 étages), le dortoir (une chambre commune filles et une chambre commune garçons), l’espace de vie (école, cantine, cuisine, bibliothèque, atelier), la laverie, les réserves, la chaufferie, un potager, un terrain de foot en friches, un ancien atelier-garage reconverti en 2 chambres individuelles pour les cas “spéciaux”.
L’esprit du centre est bienveillant et vise à faire participer les “pensionnaires” aux activités communautaires (couper du bois, faire la cuisine, laver les sols, entretenir le potager…), afin de les remettre dans le droit chemin en leur inculquant des règles de vie de groupe. De fait, les pensionnaires sont des délinquants mineurs, jugés non dangereux et qui ont plus à gagner à rester au centre qu’à s’enfuir. Les peines sont inférieures à un an et sont souvent réduites en fonction du comportement et des rapports des éducateurs et des psychologues. L’ambiance est plutôt monotone (ennuyeuse ou tranquille suivant le point de vue). Les jeunes fument en cachette au besoin.
Les pensionnaires ont le droit à un coup de téléphone par semaine, et une visite (2 personnes) par mois ; ils peuvent donner du courrier à cette occasion. Ce sont leurs parents qui gèrent cet aspect.

Le personnel est composé :
– du directeur, Mr Hagen : la cinquantaine, grisonnant, barbu ; les kids l’ont à peine aperçu depuis leur arrivée ; il semble passer ses journées dans son bureau, qu’il a aménagé en faisant abattre une cloison entre deux ancienne salle de réunion ; il est distant, fume le cigare à sa fenêtre en contemplant la forêt.
– de l’adjoint du directeur, Mr Dalby : 35 ans, blond mal rasé qui bégaye ; c’est lui qui accueille les kids et fait tourner la baraque ; il termine souvent tard, bien après la navette.
– d’éducateurs (en théorie un éducateur pour cinq élèves), actuellement un seul est présent, Jeppe : la trentaine, un peu hippie, les cheveux longs ; se veut cool avec les jeunes et leur fait faire plein d’activités avec enthousiasme ; blague, aime discuter, veille à équilibrer les tâches. Son collègue, Mr Stephensen, a eu un accident lors de la fête de Noël et est arrêté (certains prétendent qu’il est mort).
– de surveillants (généralement 3 en journée, 2 la nuit),
– de 2 employées administratives, présentes uniquement en matinée.
A cela s’ajoutent :
– les psychologues de passage — en théorie chaque pensionnaire doit avoir un rendez-vous par semaine,
– les professeurs ; les cours ont lieu le matin, de niveau collège ou lycée en alternance,
– deux surveillants supplémentaires, plus protocolaires, affectés exclusivement au garage.

Huit autres pensionnaires sont présents lors de l’arrivée des kids :
Bob : 17 ans, grand, maigre ; convivial, il accueille de son propre chef les kids et leur apprend les règles et les histoires du centre ; il donne des surnoms à tout le monde qui finissent par devenir officiels ; c’est son troisième séjour au centre,
– La peste (Mara) : 16 ans, punk ; elle fait un peu la tête aux kids les premiers jours (elle a pris un blâme car l’aveu de Fasolt la nomme comme contact des Enfants de Malaren), puis se détend ; elle est là jusque fin juin.
Grande gueule : 16 ans, blonde un peu rock et bling-bling ; fume beaucoup ; veut être la chef et se dispute souvent avec Mara ; est là pour avoir volé dans des bijouteries ; d’après Bob, elle a un père influent qui l’a mise là pour lui donner une leçon.
Joli cœur : 15 ans, blondinet, archétype sportif ; c’est le complice, plus ou moins amoureux, de Grande gueule ; il obéit à tous ses ordres.
Le tueur : 18 ans, grand, crâne rasé ; solitaire ; aurait tué quelqu’un par accident lors d’une bagarre.
Bavard : 16 ans, brun, ne parle jamais, un peu weirdo ; serait un fugueur récidiviste.
La pucelle : 12 ans, orpheline rouquine qui aurait mis le feu au foyer de sa dernière famille d’accueil ; enthousiaste, joviale avec toute le monde.
Casseur : 15 ans, ordinaire, rebelle ; il est là pour avoir casser des voitures de maintenance de Riksenergi, car l’une d’elle avait écrasé son chien.

Satra — Centre pour jeunes délinquants — Lundi 18 janvier 1988
L’hiver s’est installé ; la majeure partie du lac est gelé. Le soleil se lève vers 9h pour se coucher vers 15h.
Niklas et Alexei sont arrivés depuis deux semaines et ont pris leurs repères dans la routine du Centre. Fasolt est absent ; son aveu signé lui a probablement permis d’échapper au Centre. Ils font plutôt profil bas, même s’ils n’obéissent pas aux ordres de Grande gueule (Alexei s’est même installé dans le dortoir à une place convoitée par Joli cœur). Ils ont raconté à Bob l’histoire du Moon Diner et d’une folle dont ils ont trouvé le cadavre ; ils ne sont pas rentrés dans les détails ; ils ont insisté sur le fait qu’ils avaient été punis à la place d’autres, qu’ils sont victimes du système et des militaires. Bob s’est mis à surnommer Niklas “Cachotier” et Alexei “Che Guevara”. Alexei prend plaisir à travailler à l’atelier où ils doivent réparer un petit robot d’entretien ; il s’est aussi rapproché de Casseur, mais qu’il a trouvé trop simplet. Plusieurs autres pensionnaires leur ont proposé de fumer avec eux ; ils ont refusé.

Matin
Les kids sont réveillés comme à l’accoutumée à 7h du matin par Harold, le surveillant de la nuit (manque de personnel, il était seul), qui a visiblement lui aussi dormi une bonne partie de la nuit (c’est un surveillant qui sommeille souvent, même en pleine journée). Bob se distingue en vomissant au réveil au pied de son lit, ce qui provoque le dégoût de Joli cœur. Alexei et Niklas s’inquiètent, mais Bob dit que cela va passer. Casseur dit que cela lui est déjà arrivé deux ou trois fois. Le Tueur regarde la scène sans rien dire. Puis, tous sauf Bob vont faire leurs toilettes. Dans le couloir séparant les deux dortoirs, ils assistent à une dispute entre Mara et Grande gueule, secondée par Joli cœur. Alexei et Niklas prennent le parti de Mara ; Grande gueule lâche l’affaire.
Après le déjeuner et l’arrivée du van (Harold constate qu’il va devoir rempiler la journée, car seul Brian est présent [un autre surveillant, plutôt cool, qui fume avec les jeunes]), les pensionnaires font le sport du matin vers 8h.
À 9h, les cours commencent sous la houlette d’un prof d’un collège de Stockholm : Alexei, Niklas, la pucelle, Bavard et Casseur participent. Les autres réalisent des activités sous la responsabilité de Jeppe (Le Tueur travaille à l’atelier sous le regard envieux d’Alexei).
À 10h30, Dalby vient chercher Niklas : c’est le jour du coup de téléphone. Il l’emmène dans l’une des pièces à l’étage dédiées aux rencontres ; stressé, car il a plein de travail et peu de personnel, Dalby laisse Niklas seul. Niklas discute avec sa mère. Celle-ci est inquiète sur le quotidien au Centre, sur les repas, sur la présence de Mara ; Niklas la rassure, tout va bien ; sa mère l’informe qu’elle s’est arrangée avec le collège, il sera repris à la rentrée de septembre dans la classe supérieure ; Niklas demande des nouvelles de son père ; elle répond qu’elle n’a pas été autorisée à le voir, mais elle fait confiance à Riksenergi et au supérieur de son mari, Mr Sahlberg ; Niklas demande aussi comment va Connie ; sa mère a mangé chez les Friske récemment, Connie est renfermée ; ils se mettent d’accord pour que Connie l’accompagne pour la visite au Centre dans 15 jours. Après l’entretien, Niklas fouille un peu les salles de réunion à l’étage (Détective => 3 qualités pour 1 attendue) en toute discrétion : l’une des pièces sort de l’ordinaire et a été aménagée avec des meubles métalliques récents, les murs sont recouverts d’affiches médicales. Il passe prévenir Dalby avant de redescendre. Sur le chemin vers la salle commune, il voit un aéronef (du genre de celui des frères Boler) se poser sur le parking du Centre ; Dalby vient ouvrir et un type en blouse blanche entre.
Peu de temps après, Dalby vient chercher Bavard.
Puis, c’est au tour d’Alexei, qui est attendu pour un rendez-vous avec un psychologue (Niklas sera quant à lui suivi par Mme Mellig, la psychologue de Riksenergi). Il tombe sur un évangéliste qui lui parle des péchés du père d’Alexei et qui veut remettre le fils dans le chemin du seigneur ; il demande à Alexei de faire des prières avant de se coucher et lui donne une bible illustrée pour adolescents. Alexei hallucine, mais reste poli et distant (il n’est pas baptisé, ses parents ne sont pas croyants).

Midi
Les pensionnaires se retrouvent pour manger ensemble — avec Jeppe en chef de table. Grande gueule a cuisiné un gratin de pommes terres (pas cuites).
Alexei profite du repas pour discuter discrètement avec Mara de diverses choses : elle a aussi été reçue par le psy, il ne faut pas s’en inquiéter ; elle a des nouvelles de Taggen régulièrement par téléphone, elle va bien, elle est à Stockholm ; elle rechigne à parler du passé, de Lisa et de Hoder ; elle dit à Alexei de se méfier des surveillants Booth et Thurston ; une personne est détenue au garage, cette personne est arrivée après Mara.
Bavard n’est pas revenu. Bob dit aux kids qu’il est à la visite médicale. Les kids s’étonnent d’une visite médicale organisée de la sorte. Bob ne s’étonne plus de rien.

Après-midi
Niklas fait du rangement à la bibliothèque avec la Pucelle, qui a un comportement un peu étrange devant certains livres. Ils sont rejoints par Bavard, qui ne dit rien comme d’habitude.
Alexei aide à l’inventaire des réserves (histoire de bien repérer ce qu’il y a) avec Grande gueule ; à un moment, il lui demande si c’est vrai que son père est quelqu’un d’important ; Grande gueule lui répond en lui donnant une claque.
Puis, en milieu d’après-midi, Dalby vient chercher Niklas et Alexei qui sont convoqués par le directeur, Mr Hagen.
Hagen les reçoit dans son bureau très cosy (un canapé fait la longueur de la pièce). Les kids ne remarquent rien d’anormal, ni d’incohérent dans les nombreuses photographies affichées aux murs. Hagen leur propose un deal : il leur demande d’enquêter au sein des autres pensionnaires à propos de l’accident de Mr Stephensen, en échange, il fera quelque chose pour leurs dossiers (il estime qu’ils n’ont rien à faire là, par rapport à d’autres, tueurs, incendiaires ou toxicos). Il ne leur donne guère d’information, et ne veut même pas leur donner sa version des faits. Quant Niklas pose une question sur le garage, Hagen les congédie et les incite à se concentrer sur ce qu’il leur a demandé. Alexei hésite à voler des clés en partant, mais s’abstient.
Au rez-de-chaussée, l’accueil est vide (les employées administratives sont reparties, et il manque un surveillant). Les kids en profitent pour regarder l’agenda à l’accueil pour voir s’il mentionne la personne de l’aéronef. À la date d’aujourd’hui, ils trouvent la mention “NAAB”… (là où travaillait le père d’Alexei)

Crédits illustration : ©2013-2018 MacRebisz — https://www.deviantart.com/macrebisz

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s