L’emprise de la reine bleue – Inflorenza

« Étant un indécrottable passionné de tout ce qui touche au voyage dans le temps, et un grand amateur d’Inflorenza, il était logique que je finisse par pondre un théâtre qui liait les deux entre eux… Il se trouve qu’Inflorenza est particulièrement adapté aux scènes dans le désordre, aux flashbacks et flashforwards imprévus et aux mindfucks qui se mangent plus ou moins la queue. Le thème du voyage dans le temps s’y insère donc tout naturellement. »

Côme Martin, quand il ne bricole pas les deux mains dans le surréalisme, est un expert en voyages temporels et un foufou d’Inflorenza. On lui doit un nouveau théâtre et ce compte-rendu. Merci à lui !

Lire la suite

Publicités

Ginny et ses amies – Inflorenza

Le contexte : à l’occasion du podcast 1 000 façons de jouer à Inflorenza, nous avons réalisé que nos parties d’Inflorenza n’étaient pas particulièrement comiques. Un intervenant a demandé si on se voyait jouer une partie « à la manière de Bridget Jones ». Défi relevé.

giny-et-ses-amies
crédits : camillej, Chris Moody, dru, Euan, martin Labar, robert sonart, licence cc-by-nc, galerie sur flickr.com, photomontage de Thomas Munier

On joue en Classic Carte rouge (avec des dés, sans MJ) et le théâtre London Girls est à retrouver sur la page Téléchargement.
Nous sommes 3 joueurs (dont une joueuse qui n’a jamais joué à Inflorenza).
Partie jouée via hangout, 3h environ (brief et worldbuilding inclus).

Lire la suite

L’ombre du loup – Inflorenza

Compte-rendu d’une partie d’Inflorenza joué en Carte rouge (sans MJ) à quatre joueurs. Nous jouons un théâtre d’Epiphanie relativement développé en terme de décor et pnj. Nous ne faisons donc pas de tour préliminaire.

Théâtre : Au nord, un théâtre entre glace et féérie

11065739725_f75747dc9f_z(photo de Ronnie Mac Donald, flickr https://www.flickr.com/photos/ronmacphotos/)

Lire la suite

L’autoroute des larmes – Inflorenza

Voici le compte-rendu d’une partie d’Inflorenza Sei (avec des D6) en mode Carte rouge (Sans MJ). Nous sommes trois joueurs, il n’y a pas de Confident.

L’ambiance est particulière, car c’est une préquelle de Millevaux. On joue dans un théâtre contemporain, avant l’apocalypse, même si l’influence de Millevaux commence à se faire sentir (Egrégore, Syndrôme de l’oubli, Emprise, etc.). Le théâtre s’intitule L’autoroute des larmes, il est inspiré de faits divers réels : dans les immenses forêts canadiennes, de jeunes indiens/autochtones disparaissent en faisant du stop, impossible de savoir s’il s’agit d’un tueur en série, de règlements de comptes, d’enlèvements ou de fugues…

Lire la suite

Retour à Glaise – Inflorenza

Une partie d’Inflorenza en mode Carte rouge, à quatre joueurs (Epiphanie, Eugénie, R. et M.). Epiphanie est Confident. Nous jouons en marge d’une campagne interrompue, un pèlerinage vers Compostelle.

Nous revenons donc à Glaise alors que les pèlerins l’ont quittée, pour jouer les conséquences des « événements » qui ont eu lieu quelques mois plus tôt : l’affrontement entre Victor Champagne (Inquisiteur autoproclamé), le Lapin Mystique (doux illuminé) et Lizard (tatoueur d’ombres et faiseur de golems) dans une église monolithe des profondeurs.

Théâtre : Glaise, une ville troglodyte sur le chemin de Compostelle

underground-cityDerinkuyu, photo CC Martijn.Munneke, Flickr

Lire la suite